Article

Le président d'une société par actions simplifiée qui, en dépit de la réticence du conseil de surveillance, a confié la réalisation d'un logiciel, jamais livré, à un prestataire dont les compétences étaient douteuses, a commis une faute de gestion de nature à engager sa responsabilité.

2018-05-30T14:00:00+0200